Accueil La compagnie
Serge Barbuscia
Festival Saison
2017 - 2018
Contacts
Tarifs
Liens
 

 

< spectacle précédent

menu spectacles

spectacle suivant >

 



Pour commander vos billets en ligne, cliquer ici...
Vendredi 15 décembre
19h

À LA RENCONTRE DE PIRANDELLO
Journée d’étude organisée par l’Université d’Avignon, l’Université IULM de Milan, l’Institut italien de Culture de Marseille, la Maison Jean Vilar-BNF, ICTT et le Théâtre du Balcon

Lectures-spectacle, sous la direction de Serge Barbuscia

D’aprés : «Un sogno a Stoccolma » (Pirandello Premio Nobel) D’Alberto Bassetti et « Non domandarmidi me, Marta mia » de Katia Ippaso

Avec Camille Carraz, Corine Derian, Nicolas Allwright, Salvatore Caltabiano, Serge Barbuscia



A l’occasion des célébrations pour les 150 ans de la naissance de Pirandello et dans le cadre des manifestations relevant d’un projet commun d’une enseignante de l’Université d’Avignon (Paola Ranzini) et d’une enseignante de l’Université IULM de Milan (Valentina Garavaglia), le Théâtre du Balcon propose le spectacle A la rencontre de Pirandello.

A la rencontre de Pirandello est une mise en espace (lectures spectacle) que Serge Barbuscia a imaginée à partir d’extraits de deux pièces italiennes contemporaines : Un rêve à Stockholm (2016) d’Alberto Bassetti et Ma chère Marta, ne me demande pas de mes nouvelles (2016) de Katia Ippaso.
La pièce d’Alberto Bassetti met en scène Pirandello qui, à Stockholm, vient de recevoir le Prix Nobel de Littérature. Dans cette nuit qui suit un jour si important dans sa carrière d’homme de lettres, le maestro est seul. Hanté par les six personnages de sa célèbre pièce, des présences matérielles qui le scrutent depuis le fond de la scène, assis à un bureau dans une chambre luxueuse d’hôtel, en habit de cérémonie, Pirandello réfl échit sur sa vie. Sa Muse, la comédienne Marta Abba n’est pas là. Dans sa solitude, dans cette nuit qui semble ne jamais se terminer, l’écrivain est assiégé par des visions, des fi gures surgissant de ses créations et des fantômes appartenant à son présent ou émergeant de son passé. Tous viennent lui réclamer d’exister, l’obligeant à chercher, comme dans une séance de psychanalyse, le sens véritable de la relation qu’il a avec chacun d’entre eux. Se dessine ainsi un homme, entre passion et raison, attaché à ces présences, réelles ou imaginaires, un homme écrasé par la vie mais Maître dans l’art. Car, selon ses propres mots, «il n’est pas possible de vivre et écrire la vie à la fois».

La pièce de Katia Ippaso, s’inspirant de la correspondance de Pirandello et Marta Abba et en se référant de manière précise aux comédies que Pirandello a écrites pour elle, nous amène à l’intérieur de ce rapport humain et artistique qui unit le Maestro à la comédienne. Ce rapport est évoqué dans un lieu particulier et à un moment clé : New York, le 10 décembre 1936, jour de la mort de Luigi Pirandello. Marta Abba triomphe dans sa tournée au Plymouth Theatre de Broadway. Mais ce soir-là, une fois le rideau levé, avant le spectacle, elle devra donner au public l’annonce de la mort subite du Maestro. Par ce monologue, Katia Ippaso imagine les souvenirs, les regrets, les pensées de Marta Abba ce soir-là, avant le lever du rideau.





Pour rejoindre
le Théâtre du Balcon
sur Facebook...


Pour rejoindre
le Théâtre du Balcon
sur Twitter...





site réalisé par A Rebrousse Poil prod / Marseille (© 2017)